Je viens de terminer le tome 3 de la saga « Le Chat du Rabbin » intitulé « L’exode », entre deux romans, un peu de détente s’impose.

 

Le chat du Rabbin-T3 Joann Sfar

 

Résumé de l’éditeur

 

          Ça y est, la fille du Rabbin se marie. Inutile de dire que le Rabbin n’est pas très content à l’idée de la voir partir ; quant au chat, n’en parlons pas, il comprend vite qu’il devra faire une croix sur les caresses et les confidences.

          Du coup, pour se venger, les deux compères décident d’accompagner la belle et son mari pendant leur voyage de noces à Paris.

          La dernière merveille de Joann Sfar.

 

Ce que j’en pense :

 

          J’ai trouvé cet album moins drôle que les précédents, moins léger, en tout cas.

          Il est vrai que le thème est plus triste : le Rabbin est grognon, a du mal à trouver sa place maintenant que sa fille est mariée, alors il décide d’accompagner le couple à Paris, tant pis pour leur intimité, sous prétexte de rencontre la famille de son gendre. On a vraiment l’impression que le voyage sera sans retour.

          On quitte Alger sous le soleil, et l’arrivée à Paris se fait sous la pluie, donc les planches deviennent plus sombres, notre Rabbin qui s’est habillé en hiver dès son arrivée à Marseille sue à grosses gouttes et  s’enrhume.

          On assiste à des rencontres improbables, à la recherche d’un lointain cousin artiste, notamment un chien qui va devenir ami.

         Ce matou me plaît toujours autant, surtout quand il tente de perturber la nuit de noces de Zlabya, avec ses démonstrations de jalousie effrénée et que sa maîtresse le laisse dehors.

          On retrouve les interrogations sur la religion, les règles du Shabbat, les possibilités de dérive, si on prend tout au pied de la lettre.

          Deux situations m’ont plu : le Rabbin et son chat qui dorment dans une église, car il pleut et il n’a pas d’argent. Et le dialogue qu’il a avec le père de son gendre athée.

          Encore une belle leçon sur la sagesse, les doutes, la tolérance et une très jolie préface de Georges Moustaki.

          Note : 8/10


Extraits :

 

           Mais, pourquoi tu fais semblant d’être un Arabe ?

          Parce que pour faire le Juif, il faut l’accent polonais et je ne sais pas le faire. Oui, parce que Juif du Maghreb, ça ne les intéresse pas trop les gens, ça leur complique. Le public, Tonton, il n’aime pas les choses compliquées.

 

          Je n’ai pas mis les pieds dans une synagogue depuis trente ans.

          C’est très bien. Ça évite de déranger les gens pendant la prière. Mais Dieu a une place pour vous… Vous ne venez pas à l’office parce que vous voulez inquiéter Dieu ; vous êtes comme le petit garçon qui veut que ses parents s’occupent de lui.

 

          Je vous parle d’une époque où les Juifs d’Algérie n’étaient pas encore français. Là-bas, il y avait les Français, les arabes et les Berbères et nous, tout en dessous. Eh bien, même chez nous qui étions ce qui se faisait de moins considéré en Algérie, rabbin cela ne plaisait pas. Je me souviens toujours, ma mère, la pauvre, elle disait : « c’est pas un métier pour un Juif »

 

Le chat du Rabbin T3 l'exode planche 1

 

Lu en novembre  2016