Aujourd’hui, je vais faire court car j’ai des soucis de santé, donc pas trop de punch pour taper ma critique. Il s’agit d’un livre que beaucoup ont déjà lu, et pour ceux qui ne l’ont pas lu, je conseille d’en savoir le moins possible pour commencer la lecture, donc …

 

Robe de marié de Pierre Lemaître

 

Résumé de l’éditeur

 

          Nul n'est à l'abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence: mille petits signes inquiétants s'accumulent puis tout s'accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n'a aucun souvenir.

         Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape... Les ombres d’Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.

         

Ce que j’en pense :

 

          Ayant bien aimé « Au-revoir là-haut » et constaté l’engouement pour  les polars de Pierre Lemaître sur mon site préféré, j’avais décidé de franchir le pas. Un premier titre m’a accrochée dans les rayons de la médiathèque. Il faut dire que « robe de marié » au masculin c’était tentant…

          En lisant ce polar,  je suis passée par tous les stades : un peu de mal à entrer dans l’histoire au début, je me suis laissée prendre au piège du rythme haletant. Que de malheurs pour Sophie, (dont le prénom évoque la Sagesse) et qui sombre peu à peu dans le doute, la paranoïa et voit sa vie devenir un cauchemar.

          Comment une jeune femme dont la vie est sans histoire, avec un mari, un travail qui lui plaît, peut-elle se mettre soudain à perdre le cadeau d’anniversaire de son époux et le retrouver quelques jours plus tard dans un endroit incongru, ou acheter des places de concerts en se trompant de date, et se retrouvé mêlée à un meurtre ? Sombre-t-elle dans la psychose ? Ou bien s’agit-il d’une quelconque manipulation ? L'intervention d'un psychopathe?

          Le suspens monte de façon parfois insupportable, on souffre pour elle, on s’énerve… bref, j’ai marché à fond la caisse, en me  demandant de temps en temps si ce livre me plaisait vraiment, si je succombais aux sirènes des critiques, mais j’aime les thrillers psychologiques, le domaine de la maladie mentale…

          Je suis ressortie de ce livre encore plus parano, vis-à-vis de la protection de mes données informatiques, antivirus puissant alors que je laisse le minimum de documents importants ou de photos sur mon ordinateur et je surveille plus mes portes depuis…

          Ce polar est particulier par rapport à ceux que j’ai pu lire jusqu’à présent, (ce n’est pas mon style de lecture préféré, je l’avoue…) mais j’ai envie de me laisser tenter par la trilogie Verhoeven.

          Note: 7,5/10

 

 

L’auteur

 

          Né à Paris, Pierre Lemaître a beaucoup enseigné aux adultes, notamment les littératures française et américaine, l’analyse littéraire et la culture générale.

          Il est aujourd’hui écrivain et scénariste. Il a rendu hommage à ses maîtres (James Ellroy, Bret Easton-Ellis, Emile Gaboriau…) dans son premier roman « Travail soigné » qui a obtenu le Prix Cognac en 2006.   

          Suivront « Alex », prix des lecteurs du livre de poche, "Travail soigné" (2006), de « Robe de marié » (2009), « Cadres noirs » (2010), « Sacrifices » (2012)…

          En 2013 sort « Au revoir là haut », récompensé du Prix Goncourt 2013 et prochainement adapté au cinéma par Albert Dupontel.

          En 2016, Lemaitre renoue avec le roman noir avec « Trois jours et une vie » qui raconte la destinée d'un jeune assassin de 12 ans.

          « Alex »  sera adapté au cinéma prochainement par le producteur américain James B. Harris.

 

 

Extrait :

          Ainsi débute le roman :

 

          «Assise par terre, le dos contre le mur, les jambes allongées, haletante.

          Léo est tout contre elle, immobile, la tête posée sur ses cuisses. D’une main, elle caresse ses cheveux, de l’autre elle tente de s’essuyer les yeux, mais ses gestes sont désordonnés. Elle pleure. Ses sanglots deviennent parfois des cris, elle se met à hurler, ça monte du ventre. Sa tête dodeline d’un côté, de l’autre. Parfois, son chagrin est si intense qu’elle se tape l’arrière de la tête contre la cloison. La douleur lui apporte un peu de réconfort mais bientôt tout en elle s’effondre de nouveau. Léo est très sage, il ne bouge pas. Elle baisse les yeux vers lui, le regarde, serre sa tête contre son ventre et pleure. Personne ne peut s’imaginer comme elle est malheureuse.»

 

Lu en juin 2016