Je vous parle aujourd’hui d’un livre particulier. Je l’avais repéré dans le cadre de l’opération masse critique mensuelle d’octobre mais oublié le rendez-vous à 7h… un coup de chance, il restait des livres encore en jeu et il y était… donc sauvée par le gong…

          Comme je l’ai écrit hier, je devais poster ma critique vendredi dernier, et je n’arrivais pas à la construire, ce n’était jamais assez bien, donc j’ai repris le livre et je l’ai relu avec les attentats du 13 novembre 2015 qui tournaient en boucle dans ma tête…

 

Mon cher Voltaire de Jean René

 

Résumé

 

          Ce livre destiné aux adolescents, nous raconte la vie de Voltaire, d’une façon très particulière. L’auteur alterne des lettres qu’il envoie à l’auteur et des descriptions fictives de sa vie, son œuvre, en incluant aux passage des portraits de Voltaire sous forme de tableaux, sculpture ou autres tableaux d’époque…

 

Ce que j’en pense :

 

          C’est un livre superbe. Déjà, il est beau : il y a de la couleur partout. Les lettres imaginaires sont écrites sur des pages à fond blanc ; les épisodes de la vie sont écrits sur des pages de couleur comme un arc-en-ciel (siècle des Lumières ?), tout à tour bleues, jaunes, orangées et on recommence dans le même ordre…

          Les têtes de chapitres sont annoncées sur une page d’une couleur différente. Et l’auteur utilise tout un jeu de polices d’écriture différentes, alternant aussi les minuscules, majuscules, gras, italiques

          Voilà pour le contenant, si j’ose dire… et pour le contenu un festival : Jean René nous parle de la naissance dans des conditions extraordinaires de Voltaire (il a failli mourir), de la vie quotidienne à son époque, de Madame du Chatelet, son exil en Suisse car en disgrâce dans son propre pays, Fernay, ses relations avec le roi de France, la politique, le roi Frédéric de Prusse…

          On voit grandir François-Marie Arouet, qui découvre la poésie, le théâtre, la philosophie, l’affaire Calas, la révolte contre l’injustice, l’intolérance. On voit émerger, se construire, s’affirmer la conscience politique. On voit aussi l’évolution des sciences, la liberté de penser, les balbutiements de la laïcité et de tout ce qui va faire de ce XVIIIe siècle, le siècle des lumières et de la France ce qu’elle est…

          Jean René glisse au passage, les œuvres principales, le contexte dans lequel elles ont été écrites, mais aussi l’amitié avec d’Alembert, le dictionnaire encyclopédique avec Diderot, et toujours en lien comme une explication de texte la société de l’époque, la politique.

          Le livre est rempli de citations qui nous rappellent tant de souvenirs : « Le paradis terrestre est là où je suis », « Il faut cultiver notre jardin », « écraser l’infâme »…

          Je dis souvent que je suis une petite-fille de Voltaire, tant ses idées, ses mots m’ont inspirée, servi de modèle. Alors, on pourrait penser que je risquais d’être conquise d’avance. Mais, cela va beaucoup plus loin. Tout ce dont j’ai parlé à propos du contenant, je suis certaine que cela va plaire aux ados et leur donner envie de découvrir l’auteur, car ils aiment qu’on leur présente les choses de manière ludique, passant d’un thème à un autre avec souplesse, (presqu’interactif) l’attention est captée presque tout de suite (circonstances de la naissance par exemple).

         J’aurais bien aimé recevoir un livre comme celui-ci à 10-12 ans (âge auquel s’intéresse la collection « bulles de savon »). C’est ludique, mais aussi facétieux, irrévérencieux. On « voit » évoluer Voltaire, son corps mince, maigre, sa démarche un peu courbée, ses problèmes digestifs, son côté hypochondriaque… il n’a rien d’un George Clooney, ou d’un Judoka baraqué mais son esprit est libre, il pense… et c’est une sacrée revanche, car son esprit peut habiter chacun d’entre nous.

          Un grand merci à Babelio, masse critique, et aux éditions « Bulles de savon » car c’est un beau travail, on éprouve du plaisir à le tenir dans les mains, à le feuilleter, c’est un festival de couleurs et en même temps de connaissance qui attise la curiosité… J’ai plusieurs livres de Voltaire dans ma bibliothèque, et évidemment je les ai ressortis car lus mais jamais osé les « critiquer », je n’aime pas le mot, alors je vais dire faire des commentaires…

          Un livre pour tous, un joli cadeau chatoyant par les couleurs, vivant par les mots et qui depuis le 13 novembre 2015 est à lire non plus au deuxième mais troisième, ixième degré.

          Et si on relisait encore une fois « le traité sur l’intolérance » ?

          Un grand merci aux éditions Bulles de savon qui ont eu la délicate attention de joindre au livre leur bulletin N°4

 

*****

 

coeur-rouge-en-3d_21134893

 

L’auteur :

 

Auteur et compositeur de chansons, traducteur de l’allemand, il est l’auteur de « Moi, Stevenson » paru en 2013 et de « Peintres qui êtes-vous ? » paru en 2015.

Il anime des ateliers sur la peinture et la littérature. Il a crée et dirige les éditions Bulles de savon.

http://www.editions-bullesdesavon.com/

 

Un mot sur les éditions Bulle de savon : elles publient plusieurs collections, «écrivains qui êtes-vous ? » où l’on croise Stendhal, Proust… mais aussi « peintres qui êtes-vous », « poètes, qui êtes-vous »… 

Des collections intéressantes, à suivre ainsi que le bulletin (cf ; le bulletin N° 4 automne 2015, dont je donne le lien :

 

http://www.editions-bullesdesavon.com/wp-content/uploads/2015/10/Bulletin-Bullesdesavon-n4.pdf

 

 

Extraits :

 

J'ai trouvé des planches sur le site :

http://www.editions-bullesdesavon.com/projects/mon-cher-voltaire/

 

Je ne sais pas si j'ai le droit de les publier alors j'ai choisi cette illustration pour montrer les jeux de couleurs, de police... bref donner envie...

 

Mon-cher-Voltaire-6-7

 

Lu en novembre 2015