Aujourd'hui je vous invite à lire une superbe BD écrite par Seksik et Sorel :

 

la BD les derniers jours de Stfan Zweig

 

Résumé

 

            Cette BD s’ouvre sur une planche de New-York qui s’éloigne peu à peu  dans le sillage d’un navire sur le pont du quel un homme, Stefan Zweig scrute mélancoliquement cette ville qu’il a dû quitter car il n’avait qu’un visa provisoire.

            Il a fui l’Allemagne Nazie qui a brûlé tous ses livres. Nous sommes le 15 août 1941. Il est accompagné de sa deuxième épouse Lotte qui est sa secrétaire et tape ses manuscrits.

Le champagne coule à flots sur le paquebot mais il est triste. Un groupe de Juifs veut l’inviter pour la prière mais il refuse, il a perdu la foi.

L’ombre de Friderike, la première femme de Sweig est toujours là. Lotte a parlé durant des heures avec elle pour le dernier livre qu’il est en train d’écrire « le monde d’hier » où il évoque les souvenirs et Friderike a été son épouse très longtemps, son « aide-mémoire » comme il l’appelle.

Lotte est jalouse de son passé. Elle le stimule pour qu’il se remette à son livre sur Balzac. Mais le cœur n’y est pas. Il a soixante ans, sombre dans la mélancolie alors que Lotte souffre de plus en plus de son asthme.

Ils arrivent à Rio, où ils espèrent démarrer une nouvelle vie et il propose son manuscrit à un éditeur. En prenant le taxi au retour, le chauffeur a des paroles malheureuses «  il débarque des navires entiers d’étrangers tous les jours, comme si notre pays devait accueillir tout la misère du monde… enfin, il ne faut pas se plaindre, cela fait marcher le commerce, les gens comme vous ».

Pendant qu’il discute avec l’éditeur, Lotte va faire du shopping… elle veut organiser l’anniversaire de Stefan entouré d’amis… et tout ne se passe pas comme elle l’espérait, et Zweig n’est pas le bienvenu pour tout le monde dans les hautes sphères…

 

Ce que j’en pense :

 

            Cette BD est magnifique. Il y a en alternance des images gais (par exemple le carnaval de Rio) et des images mélancoliques. Les auteurs alternent ainsi les couleurs entre l’orangé et le bleu pâle.

Elle est vivante, les personnages se meuvent dans l’espace et chaque geste à son importance, une main qui se pose sur une autre, une page de manuscrit qui s’envole… les images sombres de l’Allemagne avec les livres qui brûlent et la légèreté des jeunes filles insouciantes qui se promènent au bord de la plage.

Une autre belle image, lumineuse,  où apparaissent tous ses amis écrivains avant l’arrivée d’Hitler et plus loin le gris des barbelés. La belle robe rouge de Lotte qui danse, aérienne.

En conclusion, des dessins magnifiques et des dialogues très bien écrits.  Les trois dernières pages sont sublimes. J’aime beaucoup Stefan Zweig, cela se ressent dans ce que j’écris, mais je persiste c’est une superbe BD.

 

L’auteur :

               

  

Seksik et Sorel

Né en 1962, à Nice, Laurent Seksik est médecin et écrivain. Après ses études médicales, il devient Interne des Hôpitaux. Dans le cadre de sa spécialisation en Radiologie, il est nommé Assistant à la Faculté de Paris.

 

          Écrivain journaliste, écrivain médecin (radiologue), ancien chroniqueur littéraire et écrivain scénariste pour l’adaptation au cinéma de son roman « La folle histoire » (Prix Littré 2005 du meilleur médecin-écrivain de l'année) par Pascal Elbé, Laurent Seksik essaie toujours de se renouveler.

          Il est journaliste pour l'Express Livres. Il animait "Postface", l'émission littéraire hebdomadaire de la chaîne 'information en continu I>Télé jusqu'en septembre 2006.

          Depuis 2004, il était également chroniqueur littéraire pour l'émission La Matinale, diffusée sur Canal+.

          Depuis 2006, Laurent Seksik se partage entre médecine et littérature.

          En 2006 paraît son troisième roman La Consultation (J-C Lattès, Pockett), puis, en 2008, une biographie d’Albert Einstein (Gallimard Folio).

AVT_Laurent-Seksik_2159



          En 2010, Laurent Seksik publie un roman relatant les 6 derniers mois de la vie de Stefan Zweig avant son suicide. "Les derniers jours de Stefan Zweig", vendu à plus de 50 000 exemplaires et traduit en sept langues. L'auteur en écrit l'adaptation théâtrale. Celle-ci sera montée au théâtre Montparnasse, en septembre 2012, mise en scène de Gérard Gélas.

          Laurent Seksik publie son cinquième roman, chez Flammarion, en septembre 2011 "La Légende des fils".

         Son premier roman, Les mauvaises pensées, (Prix Wizo 2000) a été traduit dans plusieurs langues.

 

         Je n'ai trouvé que la photo ci-dessus  pour Guillaume SOREL .

Extraits :

 

            Enfant, dans ma famille, être juif importait peu. Nous nous voulions Autrichiens avant tout.

 

            Vous savez, j’ai l’impression de vous connaître depuis toujours, et, si je puis me permettre madame… vous faîtes battre mon cœur comme personne… je crois avoir lu tout de vous, les nouvelles et les biographies, mais je préfère les nouvelles, les femmes sont plus sentimentales vous savez… « Lettre d’une inconnue « !!!! comment parvenez-vous à pénétrer la psychologie féminine ?

 

            Vos livres sont comme des diamants éternels… vos livres nous parlent et vos livres nous racontent… vos livres ont la splendeur des âmes pures… vos livres sont comme la prière des hommes..

 

            Toute ombre, après tout, est fille de la lumière et seul qui a éprouvé la clarté et les ténèbres, la guerre et la paix, la grandeur et la décadence a vraiment vécu.

 

 

 

Lu en novembre 2013