Voici un autre livre de Philippe BESSON qui m'a beaucoup plu aussi dans un genre différent de ceux dont j'ai parlé jusqu'à présent.

 

 

 

 

 

Résumé

 

Ce livre raconte l'histoire de 2 enfants Paul et Thomas qui sont nés le même jour dans la même ville le jour de la bombe lancé sur Hiroshima. Cela va créer chez eux 1 lien très fort. Ils se considèrent comme frère jumeaux, font tout ensemble découvre la télévision ensemble, Elvis Presley...ils se protègent mutuellement à l'école.

Le grand frère de Paul est mort en héros lors de la guerre de Corée à l'âge de 18 ans. La famille tient une épicerie et elle est très rigide.


Ils vont découvrir le racisme (leurs parents leur interdisent de jouer avec 1 petit garçon car il est noir dans cet état du Sud où le racisme est ancré profondément, il y a les restes encore présent et actifs de l'esclavage)


Ils vont grandir ensemble et on découvre en même temps l'évolution de "l'Amérique" l'élection d'un jeune président JFK les fait rêver, l'épisode de la baie des cochons détester le communisme. L’assassinat de JFK les traumatise: comment cela peut-il arriver dans notre pays.


Elles ont des expériences avec les filles Thomas obtient une bourse à l'université il fait un parcours littéraire milite contre l'injustice avec une amie de l'époque puis décide de rentrer tout lâcher pour rentrer dans sa ville.


Leur destin continue avec leur amitié solide et une fille Claire qu'ils avaient connue enfant revient dans leur vie et devient la compagne de Paul
bouleversement à nouveau avec la mort de
Martin Luther King puis de Bob Kennedy et la guerre au Vietnam.


Le trio vit normalement pourrait-on dire mais Paul est rongé: il s'engage pour le Vietnam....


 

 

Ce que j’en pense :

 

 
         C’est un livre sur l'amitié pure entre 2 garçons et le fait que l'on peut trahir alors qu'on aime, Qu’à la vie à la mort ce n'est pas si simple que cela et qu'on le découvre en grandissant.

         Dans ce livre, il y a un 3ème héros qui s'appelle  le Mississippi, ce fleuve dans lequel ils ont connu leurs 1ers émois et qui est aussi capricieux que la vie.

 

L’auteur 

 

 Je ne vous le présente plus. La prochaine fois je mettrai une autre photo, c'est promis....

 

220px-Philippe_Besson_2011_a

Extraits :

 

A dix ans j’ai appris en une seule phrase, prononcée sur un ton désolé et néanmoins badin tout le racisme du sud.

 

Il en va de la solitude comme des plantes : il en existe plusieurs variétés.


Première variété : la claustration. Oui, j'ai eu l'impression d'être placé en quarantaine, à l'isolement. La solitude est une prison, un cloître. On s'y sent comme entre quatre murs. On cogne contre une porte close et personne ne nous entend, personne ne vient ouvrir. On est ravitaillé régulièrement par le dehors, histoire de ne pas mourir tout à fait, de ne pas disparaître au monde. Mais même si ces rations données comme à un chien sont la mesure de notre enchaînement. Et puis, on apprend l'endurance, la résistance. Enfin, on reconnaît au premier coup d'oeil ses compagnons d'infortune car les visages des enfermés se ressemblent tous.


Deuxième variété : l'abandon. On est laissé, démuni. On est dans une pauvreté incroyable, on ne possède plus rien, on n'appartient plus à rien, on est un déclassé, on n'a personne à qui se raccrocher. On perd la réalité. Les alentours deviennent imprécis. On peut trouver du plaisir à se délester ainsi, à devenir aussi léger. Pourtant, on se rend compte rapidement que ce dénuement n'est que de l'inconsistance. La sensation du vide est effrayante.


Troisième variété : l'exil. C'est comme un bannissement, un départ obligé, une déportation, un ostracisme. On est renvoyé, relégué. On se sent importun, en excès. Il faut partir, s'éloigner, ne plus déranger. Même en accomplissant une distance infime, on se retrouve au plus loin. Et les autres, ceux qui restent, deviennent inaccessibles, intouchables. On se voit les perdre.


Quatrième variété : la méditation. On loge dans une tour d'ivoire, on se recueille, on réfléchit, on se persuade qu'on a décidé de son sort, on est bien là où on est, on prend du recul. Du reste, on voit mieux de loin. Vrai, cela s'apparente à une retraite, un renoncement délibéré. Il arrive souvent qu'on s'y ennuie.
Cinquième variété : la séparation. J'ai parlé de ça, ce retranchement. Cette ombre. Une sauvagerie.
(p. 117-119)

 

On est persuadé qu'on ne trahira jamais. On serait prêt à en faire le serment. On a cette certitude que rien ne peut ébranler. Et à ceux qui osent mettre notre parole en doute, on répond par un haussement d'épaules ou par un énigmatique "Tu ne peux pas comprendre."
J'étais sincèrement, intimement convaincu que je ne trahirais jamais Paul. Je le savais, je le disais. Cette affirmation n'exigeait de moi aucun courage, aucun aplomb. J'avais, au contraire, le sentiment très net de proférer une évidence, d'enfoncer une porte ouverte.
[...]


De mon côté, j'ai découvert que je pouvais me tromper. Renoncer à mes principes, abdiquer mes certitudes, m'arranger avec ma mauvaise conscience. J'ai trahi.
[...]


Et certains soirs, où la tristesse est plus violente qu'à l'accoutumée, où elle vient cogner contre les parois de ma carcasse, où elle coupe ma respiration, le souvenir de cette trahison me donne envie d'ouvrir les fenêtres et de sauter dans le vide.
Mais je suis en vie. On est donc parfaitement capable de vivre avec la conscience de sa bassesse, avec le dégoût de soi.
Je suis en vie. J'écris. (p. 73-74)

 

 

Et, à l'instar des vrais scélérats, nous avons décidé de vivre cachés, dissimulés aux regards, dérobés aux jugements. Nous n'éprouvions pas de honte mais nous redoutions l'opprobre, le déferlement de haine et de mépris, les crachats. (p. 240)

 

 

            "Il y a des pans entiers de notre destin qui sont peuplés de rien, à propos desquels on n'a rien à raconter des années après, qui ne sont émaillés d'aucun évènement, d'aucun accident, qui ne laissent pas de traces. Toutefois, cette vacuité n'est pas synonyme de fadeur, insignifiance. C'est un temps apparemment sans relief mais pas sans saveur car nous y sommes tranquilles et chanceux, en paix et réjouis, cette harmonie nous satisfait.

 

            Maman m'a simplement répondu qu'il fallait se garder de fréquenter le petit Carter. Comme je lui demandais la raison de cette interdiction, elle a eu ces mots, qui sont restés pour toujours gravés dans ma mémoire :"Mais parce que Franklin est noir, mon chéri."



Voilà, à dix ans, j'ai appris, en une seule phrase, prononcée sur un ton désolé et néanmoins badin, tout le racisme du Sud.

 

Lu en juin 2013